D'origine franco-espagnole, Hakim naît en Algérie en 1964, il arrive en France à l'âge d'un an et est élevé par ses grands-parents. Il grandit dans cette famille déracinée, imprégnée d'une culture méridionale.
Un oncle guitariste, une grand-mère qui cuisine et chante, un mélange d'odeurs d'épices et de chants espagnols, une adolescence baignée dans le rock et la pop. Il s'intéresse l'expression artistique et fait de la bande dessinée, pratique le théâtre, la photo, il réalise et monte des petits films en super8, apprend à jouer de la guitare. Mais C'est de la batterie qu'il veut jouer, c'est avec elle qu'il découvre le jazz, cette musique influence son style de jeu.
En 2003 il intégre le CMDL (Centre des Musiques Didier Lockwood) durant cette année il rencontre, karim Ziad, Mocktar Samba, Dominique Di Piazza, André Charlier...
En 2006, il forme son premier groupe, avec Jean-Michel Charbonnel (cb) et Jean-Baptiste Gaudray (g).
Toujours à la recherche de nouveaux sons, il fréquente des groupes de Rock, Soul, Blues, musique Klezmer, musiques d'Afrique... Toutes ces couleurs et ces différences se retrouvent dans la musique d'AKASAM, le groupe où il compose et qu'il porte depuis 2010. La musique d'AKASAM restitue l'atmosphère de son enfance et la culture de ses origines.

Hakim Molina
hakim.molina@wanadoo.fr

 

Hakim et son tapis de notes... Oui des notes ! Quand Hakim est derrière sa batterie ce ne sont pas des claquements. Ce ne sont pas des tintements de cymbales. Ce ne sont pas des roulements de caisse claire... Non! Hakim, il compose des tapis de notes. Des harmonies rythmiques. Ça fait comme des petites bulles qui cheminent vers la surface de l'eau. Minuscules. Elles remontent en zigzaguant vers la surface. Mais elle ne suivent pas une trajectoire verticale. Avant d'arriver en haut elles dansent. Et, quand enfin elles parviennent à la surface, elles explosent. Ouais ! C'est ça la batterie d'Hakim. "Hugues Goyé"